Les rencontres à venir

Le mercredi 9 novembre à 18h30: rencontre avec Rodney Saint Eloi et Yara El-Ghadban pour Les racistes n’ont jamais vu la mer paru aux éditions Mémoire d’encrier

Le mercredi 16 novembre à 18h30: rencontre avec Yannick Haenel pour Le Trésorier-payeur paru aux éditions Gallimard dans la collection L’Infini en partenariat avec l’Université de Lorraine

Le mardi 22 novembre à 19h30: soirée Fooot! (mais anti-coupe du Monde…) en partenariat avec Amnesty

Le mercredi 23 novembre à 18h30: rencontre avec Gauz‘ pour Cocoaïans paru aux éditions de L’Arche

Le mercredi 30 novembre à 18h30: rencontre avec Valentine Gauby pour L’île haute paru aux éditions Actes Sud

Toutes nos chroniques sur le site de la librairie www.librairies-lepreau-lacour.fr

Rencontre avec Valentine Goby le mercredi 30 novembre

Rencontre avec Valentine Goby
le mercredi 30 novembre à 18h30
pour L’île haute paru aux éditions Actes Sud

Au cours de l’hiver 1943, la mère du jeune Vadim l’envoie dans une vallée reculée et fictive des Alpes. Parce qu’il doit se cacher, il devient Vincent et passe plusieurs mois dans un environnement enchanteur. L’imagination constamment stimulée par des sensations inédites : la neige qui dissimule les reliefs, les odeurs chaudes et fortes de l’étable, le voile formé par les papillons innombrables au-dessus des prés…
Dans L’Île haute, Valentine Goby nous offre le tableau, sublime, d’une époque révolue : qui verra encore la beauté des sommets enneigés dans quelques années, sinon en imagination ?

Valentine Goby a publié quatorze romans en vingt ans. Aux éditions Actes Sud sont parus Kinderzimmer en 2013, un livre avec lequel elle a obtenu treize prix littéraires dont celui des Libraires, Baumes en 2014, Un paquebot dans les arbres en 2016 puis Murène en 2019.

Rencontre avec Gauz’ le mercredi 23 novembre

Rencontre et lecture avec Gauz’
le mercredi 23 novembre à 18h30
pour Cocoaïans (Naissance d’une nation chocolat) paru aux éditions de L’Arche

Ample fresque historique à travers les XXe et début du XXIe siècles, Cocoaïans raconte l’histoire politique du chocolat. De la fève au produit transformé, la culture et le commerce du cacao traduisent les rapports de domination imposés par l’Occident aux pays producteurs d’Afrique.
De la forêt de Gbaka en 1908, jusqu’en 2031, en passant par Treichville de nos jours, la parole politique bondit, d’asservissement en libération, de liesse en compromission, d’espoir en désillusion. Gauz’ raconte le projet d’émancipation des Cocoaïans, les habitants du pays du cacao, pour fabriquer et vendre eux-mêmes leur chocolat, inscrivant le cacao dans un discours civilisationnel, un récit de conquête de liberté.

Né à Abidjan en 1971, Gauz’ est auteur, scénariste, réalisateur, photographe, artiste pluridimensionnel. Il publie trois romans au Nouvel Attila : Debout-payé (2014), Camarade Papa (2018), et Black Manoo (2020). Cocoaïans (naissance d’une nation chocolat) » paraît en 2022 à L’Arche dans la collection « Des écrits pour la parole ». Il vit aujourd’hui à Grand-Bassam.

Le 22 novembre: Soirée foot! Mais anti-coupe du Monde….

Le mardi 22 novembre à 19h30 la librairie s’associe à Amnesty pour une soirée alternative au premier match de l’équipe de France dans cette coupe du Monde 2022.

Retrouvez-nous autour d’un buffet et de bières (fraîches!) pour une série de lectures sur de grands moments de l’histoire du foot.

Nous dénonçons cette coupe du Monde de la honte, les problèmes de droits humains inhérents à son organisation et son coût environnemental exorbitant.

Petites et grandes maisons d’édition s’associent à cette action et chaque personne présente recevra en cadeau un roman de la rentrée littéraire 2022!

Nous aimons le foot, mais pas celui-là!

Rencontre avec Yannick Haenel le mercredi 16 novembre

Rencontre avec Yannick Haenel
Le mercredi 16 novembre à 18h30
En partenariat avec l’Université de Lorraine
Pour Le Trésorier-payeur paru aux éditions Gallimard dans la collection L’Infini.

Les familiers de Yannick Haenel retrouveront dans Le Trésorier-payeur l’ambiance psychédélique de Cercle et de Tiens ferme ta couronne. Les autres découvriront avec étonnement, et bientôt jubilation, un univers où la raison côtoie la folie, le rêve la réalité, et où l’amour se vit dans la célébration, jamais épuisée, du corps de l’autre.
Le début, aussi incroyable que véridique, décrit une succursale de la Banque de France, à Béthune, transformée en centre d’art et offrant aux invités d’un vernissage une série d’installations autour de l’idée de « dépense ». La pensée de Georges Bataille, sur laquelle s’appuie l’exposition, ressuscite son fantôme en la personne d’un ancien directeur de la banque, homonyme de l’auteur de La Part maudite et de L’Histoire de l’œil. Et ce mystérieux souterrain par lequel la salle des coffres communiquerait avec la maison voisine ? C’est le tunnel par lequel l’écrivain nous entraîne à sa suite dans les chemins de son inspiration. Irrésistiblement nous nous prenons au jeu. La vie imaginaire de Georges Bataille banquier converge vers la vie réelle de Georges Bataille écrivain : le niveau de l’anecdote étant dépassé, nous voilà plongés dans l’expérience intérieure, celle du moi intime du personnage, et de son célèbre modèle. Tout en nous donnant à lire une histoire captivante, pleine d’énigmes et de souterrains, riche d’émotion mais aussi d’humour, ce roman nous initie au mystère de la littérature : le charme envoûtant de la langue, la puissance des scènes, la vérité des personnages nous ouvrent à une réalité insoupçonnée, comme cette porte qu’on pousse et qui nous mène dans un jardin paradisiaque, que de grands murs dérobent à la vue du passant. S’en échappe un papillon tacheté d’or et de noir. Ce texte, décapant quand il aborde, toujours de biais, les questions économiques et sociales, la production et la consommation, la pauvreté et la solidarité, sait aussi effleurer de son aile et laisser un souvenir durable, comme un parfum doux et tenace.

Yannick Haenel codirige la revue Ligne de risque avec François Meyronnis depuis 1997.
Il a publié plusieurs romans, dont Cercle en 2007 dans la collection «L’Infini » (éditions Gallimard),
Jan Karski en 2009, prix Interallié, Les Renards pâles en 2015 et en 2017, Tiens ferme ta couronne, lauréat du prix Médicis.

Également plusieurs essais, sur les tapisseries de La Dame à la licorne À mon seul désir ou sur le Caravage La solitude Caravage.

Enfin bien sûr ses chroniques pour Charlie Hebdo.

Cette semaine… honneur aux sciences humaines!

  • Françoise Héritier, le goût des autres par Laure Adler paru aux éditions Albin Michel
  • Sangliers, géographie d’un animal politique par Raphaël Mathevet et Roméo Bondon
  • A l’Est des rêves, réponse des Even aux crises systémiques de Nastassja Martin aux éditions La Découverte
  • Sontag de Benjamin Moser traduit par Cécile Roche aux éditions Bourgois
  • L’usage du thé, une histoire sensible du bout du monde par Lucie Azema aux éditions Flammarion
  • D’images et d’eau fraîche de Mona Chollet aux éditions Flammarion
  • Atlas des peuples disparus de Dominique Lanni aux éditions Arthaud
  • Guns and roses, les objets des luttes féministes de Mathilde Larrère aux éditions du Détour
  • Beauté, notre souci de Samantha Walton aux éditions José Corti

RDV sur notre site www.librairies-lepreau-lacour.fr pour toutes les critiques de ces dernières lectures!

Mercredi 19 octobre: soirée sur l’expérience à Metz des terrains d’Aventure entre 1976 et 1982

Rencontre avec Jean-Marc Brodhag
le mercredi 19 octobre à 18h30
pour son ouvrage Le Terrain d’Aventure, Une fabrique de citoyens

(Re-)découverte à l’occasion de l’exposition « L’Art d’Apprendre » proposée par le Centre Pompidou en 2022, l’expérience messine du Terrain d’Aventure (1976-1982) fait aussi l’objet d’un récit par l’un de ses initiateurs Jean-Marc Brodhag dans un ouvrage récent: Le Terrain d’Aventure, Une fabrique de citoyens
Amateurs d’histoire locale ou parents sensibles aux idées de l’éducation nouvelle, rejoignez-nous le temps d’une soirée pour évoquer cet épisode de liberté qui a marqué la vie de nombreux enfants du Sablon ou de Borny. Et qui sait ? peut-être vous reconnaîtrez-vous sur les photographies de Jean-Marc Brodhag qui seront exposées sur les murs de la librairie en octobre…

Jeudi 29 septembre : Claudie Hunzinger

Rencontre avec Claudie Hunzinger

pour Un chien à ma table paru aux éditions Grasset

Jeudi 29 septembre à 18h30

Un soir, une jeune chienne, traînant une sale histoire avec sa chaîne brisée, surgit à la porte d’un vieux couple : Sophie, romancière, qui aime la nature et les marches en forêt et son compagnon Grieg, déjà sorti du monde, dormant le jour et lisant la nuit, survivant grâce à la littérature.

D’où vient cette bête blessée? Qu’a-t-elle vécu? Est-on à sa poursuite?

Son irruption va transformer la vieillesse du monde, celle d’un couple, celle d’une femme, en ode à la vie, nous montrant qu’un autre chemin est possible.

Un chien à ma table relie le féminin révolté et la nature saccagée : si notre époque inquiétante semble menacer notre avenir et celui des livres, les poètes des temps de détresse sauvent ce qu’il nous reste d’humanité.

Chaque nouveau roman de Claudie Hunzinger va plus loin dans cette expérience de l’ensauvagement et complète une œuvre naturaliste, poétique et artistique sans précèdent.

Poètesse, peintre et plasticienne, elle a publié en 1973 un récit, Bambois la vie verte . Depuis 2009 elle écrit des romans. Chaque fois plus beaux. Elles vivaient d’espoir était son premier, puis il y eu La Survivance, La langue des oiseaux, L’Incandescente et Les grands cerfs (prix Décembre 2019).

Rencontre « premier roman » avec Anthony Passeron

En partenariat avec Le Livre à Metz et les Bibliothèques-Médiathèques de Metz nous vous invitons à la médiathèque du Sablon qui accueillera le mardi 27 septembre à 18h Anthony Passeron pour son premier roman Les enfants endormis paru aux éditions Globe.

Début des années 80′ deux fléaux s’abattent sur la France: l’héroïne et le SIDA. Souvent le premier appelle le second et quand ils se lient, les familles explosent. Anthony Passeron nous raconte l’histoire de son oncle entre récit intime et sociologique. Le premier roman le plus saisissant et le plus bouleversant de cette rentrée littéraire.

Vendredi 16 septembre: soirée Philip K.Dick

Soirée « anniversaire » Philip K. Dick!
Rencontre avec Philippe Hupp et Hélène Collon
le vendredi 16 septembre à 18h30.

45 ans après la venue de Philip K. Dick à Metz pour le Festival de Science-Fiction et à l’occasion du 40e anniversaire de sa mort, nous vous proposons une soirée d’échanges, de lectures, de souvenirs autour de ces moments passés à Metz en 1977 avec la notoriété que ce festival connut par la suite jusqu’en 1986.

Traducteur de romans noirs, Philippe Hupp, a été directeur littéraire au Fleuve Noir d’une collection d’anticipation. Passionné de science-fiction, il lance un festival de science-fiction à Metz en 1976, un festival qui accueillera les plus grands noms de la SF d’alors jusqu’en 1986 : de Philip K. Dick, à Frank Herbert en passant par Anthony Burgess, Robert Bloch et même A.E. Van Vogt.

Hélène Collon est traductrice. Elle a traduit de nombreux ouvrages de littérature notamment de science-fiction et de fantastique moderne : Ray Bradbury, Philip K. Dick, Ursula K. Le Guin, Richard Matheson, Robert Silverberg…