Jeudi 23 mai: Conférence « Lacan et le Japon »

838_gettyimages-599803991

Conférence de Yves Paul psychiatre et psychanalyste
En partenariat avec l’Association Borromée
« Lacan et le Japon »
Le jeudi 23 mai à 19h
 
Au retour de son second voyage au Japon, Jacques Lacan publiait un article intitulé : « L’inconscient du japonais est inanalysable ». Il y ajoutera : « du Japon, je n’attends rien. Notamment pas d’y être entendu »‌.
 
Nous allons tenter de décoder ses aphorismes à travers l’écriture – ou plus exactement – les écritures japonaises, l’histoire de la psychanalyse au Japon et ses pratiques actuelles.
 

Annulation de la rencontre avec Yannick Haenel

58724807_2404649116421922_8769841945871646720_n.jpg

RENCONTRE ANNULEE ET REPORTEE A L’AUTOMNE

Rencontre avec Yannick Haenel
le mercredi 15 mai à 18h30
pour « La solitude du Caravage »
paru aux éditions Fayard

Dans un très bel essai plongeant dans la vie du Caravage, Yannick Haenel interroge l’intériorité du plus grand des peintres. Comment peignait-il ? Que cherchait-il à travers ces scènes de crime, ces têtes coupées, cette couleur noire qui envahit peu à peu tous ses tableaux ?

« Vers 15 ans, j’ai rencontré l’objet de mon désir. C’était dans un livre consacré à la peinture italienne : une femme vêtue d’un corsage blanc se dressait sur un fond noir ; elle avait des boucles châtain clair, les sourcils froncés et de beaux seins moulés dans la transparence d’une étoffe. »
Ainsi commence ce récit d’apprentissage qui se métamorphose en quête de la peinture. En plongeant dans les tableaux du Caravage (1571-1610), en racontant la vie violente et passionnée de ce peintre génial, ce livre relate une initiation à l’absolu.
À notre époque d’épaississement de la sensibilité, regarder la peinture nous remet en vie. On entre dans le feu des nuances, on accède à la vérité du détail. C’est une aventure des sens et une odyssée de l’esprit. Aimer un peintre comme le Caravage élargit notre vie.

Yannick Haenel co-anime avec François Meyronnis la revue Ligne de risque. Il est l’auteur aux éditions Gallimard de « Cercle », « Les renards pâles », « Je cherche l’Italie, « Jan Karski » prix du Roman Fnac et prix Interallié et « Tiens ferme ta couronne » prix Medicis en 2017.

Festival « PHOTOGRAPHIE mon amour »

55533235_1753034791464259_7412229034446159872_n

Festival gratuit et ouvert à tous, propice au partage et aux échanges entre passionnés de photographie, artistes, amateurs et professionnels de l’image.
Ce festival éclectique est dédié aux différents champs de la photographie. Il tend à rassembler tous les acteurs œuvrant à Metz, dans la Grande Région et au-delà, en faveur de sa création et de sa diffusion, et contribue à rendre accessible la photographie à tous les publics. 
Adeptes ou juste curieux, artistes en devenir ou déjà reconnus, tous les visiteurs et participants sont conviés à s’approprier ce médium artistique.

En préambule du festival et jusqu’au mois de juin 2019, plusieurs activités photo vous sont proposées : marathons photo, studios participatifs, ateliers de découverte… Suivez-nous sur les réseaux sociaux.

Depuis février, une œuvre exclusive est réalisée par l’artiste photographe Le Turk en résidence.

Les 4 et 5 mai à Bliiida, tiers-lieu de création, de production et d’innovation artistique et numérique, sont organisés des conférences, des workshops, des animations de découverte tout public, des présentations d’artistes et de professionnels, une bourse photo, plein de surprises…

Samedi 27 avril: Rencontre avec Yves Léonard

9782915540864

Rencontre avec Yves Léonard
le samedi 27 avril à 15h
Pour Histoire du Portugal contemporain de 1890 à nos jours
paru aux éditions Chandeigne
 
 
Historien et enseignant émérite à Sciences Po Paris, chercheur au Centre d’Histoire de Sciences-Po, Yves Léonard participe chaque année à la rédaction du dossier sur le Portugal dans « Les Pays d’Europe occidentale » de la Documentation française, pour laquelle il est également chargé d’étude. Ancien boursier de l’Institut Camões et de la Fondation Gulbenkian, il a notamment publié Le Portugal, vingt ans après la Révolution des œillets, Salazarisme et fascisme, La lusophonie dans le monde.
 
Il donnera également une conférence au Cloître des Récollets, à Metz, à 17h « Le 25 avril, entre mémoire et histoire » en accompagnement des célébrations autour des 45 ans de la Révolution des Oeillets.

Rencontre avec Véronique Ovaldé

52572769_2364779697075531_6482315529066381312_n

Jeudi 16 avril à 18h30
Rencontre avec Véronique Ovaldé
Pour son dernier roman Personne n’a peur des gens qui sourient
paru aux éditions Flammarion

Gloria a choisi ce jour de juin pour partir. Elle file récupérer ses filles à l’école et les embarque sans préavis pour un long voyage. Toutes trois quittent les rives de la Méditerranée en direction du Nord, la maison alsacienne dans la forêt de Kayserheim où Gloria, enfant, passait ses vacances. Pourquoi cette désertion soudaine? Quelle menace fuit-elle? Pour le savoir, il faudra revenir en arrière, dans les eaux troubles du passé, rencontrer Giovannangeli, qui l’a prise sous son aile à la disparition de son père, lever le voile sur la mort de Samuel, le père de ses enfants – où était Gloria ce soir-là ? –, et comprendre enfin quel rôle l’avocat Santini a pu jouer dans toute cette histoire.
Jusqu’où peut-on protéger ses enfants? Dans ce roman tendu à l’extrême, Véronique Ovaldé met en scène un fascinant personnage de mère dont l’inquiétude face au monde se mue en un implacable sang-froid pour l’affronter.

Véronique Ovaldé a publié neuf romans dont Et mon coeur transparent (prix France Culture-Télérama), Ce que je sais de Vera Candida (prix Renaudot des lycéens 2009, prix France Télévisions et Grand Prix des lectrices de Elle), Des vies d’oiseaux, La Grâce des brigands (L’Olivier, 2008, 2009, 2011, 2013) et, plus récemment, Soyez imprudents les enfants (Flammarion, 2016).
Elle a également publié des livres illustrés, parmi lesquels La Très Petite Zébuline (Bourse Goncourt du livre jeunesse, Actes Sud Junior, 2006), Paloma et le vaste monde (Pépite du meilleur album, Actes Sud Junior, 2015), La Science des cauchemars (Thierry Magnier, 2016) et À cause de la vie, en collaboration avec Joann Sfar (Flammarion, 2017).

Soirée Flaubert avec Marie-Hélène Lafon

52647511_2365786476974853_3587186282238836736_n

Mardi 16 avril à 18h30
Rencontre avec Marie-Hélène Lafon
pour une soirée autour de Flaubert paru aux éditions Buchet Chastel
Dans la vie d’un lecteur, certains auteurs occupent une place à part : lectures inaugurales, compagnons de tous les jours, sources auxquelles on revient. La collection « Les auteurs de ma vie » invite de grands écrivains d’aujourd’hui à partager leur admiration pour un classique, dont la lecture a particulièrement compté pour eux. Marie-Hélène Lafon nous présente Flaubert.
« Flaubert à cheval.
Flaubert fut beau.
Flaubert fut jeune.
Jeune. Glorieux. Blond, bouclé. Grand et bien fait.
Flaubert eut mal aux dents.
Il fut foudroyé à dix-sept ans sur le chemin de Pont-l’Évêque ; on ne sait pas bien par quoi il fut foudroyé ; il le fut et il échappa au Droit et il put commencer à devenir.
Flaubert est inépuisable.
Flaubert for ever. » Marie-Hélène Lafon
Marie-Hélène Lafon est professeur de lettres classiques à Paris. Tous ses romans sont publiés chez Buchet/Chastel.

Les « off » du Livre à Metz: rencontre avec Frédéric Paulin

54727562_2380139798872854_7578670287160344576_n.jpg

Samedi 6 avril à 19h
Rencontre avec le lauréat du Prix Puhl-Demange
Frédéric Paulin
Pour le second volet de sa trilogie Les prémices de la chute
paru aux éditions Agullo

Auteur de polars, militant et journaliste, Frédéric Paulin écrit depuis une dizaine d’années des romans aussi noirs qu’engagés. Ses romans « La guerre est une ruse » et « Les prémices de la chute » sont les deux premiers volets d’une trilogie qui se déroule dans une Algérie du début des années quatre-vingt-dix, un thriller passionnant entre terrorisme et espionnage.