Rencontre avec Majd al-Dik

En partenariat avec l’association Comsyr et pour le 3e anniversaire de la Charte d’amitié Metz-Alep
Rencontre avec Majd al-Dik
le samedi 4 juin à 16h

pour son récit « A l’est de Damas, au bout du monde »
paru aux éditions Don Quichotte

Majd Al Dik, étudiant en droit et qui travaillait pour l’Unicef, a accompagné toutes les étapes de la révolution syrienne jusqu’à sa fuite du pays. Manifestants pacifiques, familles de martyrs, détenus, déserteurs, combattants de l’opposition, médecins des dispensaires clandestins, citoyens soumis à la terreur d’État : ce sont les multiples voix de cette révolution, et ses raisons profondes, que donne à entendre ce témoignage essentiel.

Rencontre sciences humaines

Ce lundi à 18h

Nous recevons Catherine Herszberg essayiste, ancienne journaliste pour son livre Mais pourquoi sont ils pauvres ?

Pendant un an, de 2010 à 2011, Catherine Herszberg a interrogé des français « non pauvres » sur les causes de la pauvreté dans un pays riche et le rôle du politique dans son éventuelle éradication.

Ces entretiens lui ont permis de dresser un portrait de la France d’aujourd’hui racontée non par des savants ou des journalistes, mais par ses habitants même.

Inquiétude

L’autre jour, vers 15 heures, je m’approche de ma librairie et j’aperçois une jeune femme qui mitraille ma vitrine de Noël avec son iPhone. J’engage la conversation et lui demande l’intérêt qu’elle peut bien y trouver. « Je photographie les couvertures des livres qui m’intéressent pour pouvoir les commander sur Internet », me dit-elle. En entendant cette réponse, je pense à Lucien Jerphagnon et, avec lui, je songe : Homère d’alors (1). Hé oui, les commerces « de rue » sont nombreux à être victimes de ces pratiques déloyales. Un spécialiste de guitares de la rue Victor-Massé avec qui je prenais un verre m’expliquait il y a peu que certains clients venaient essayer des instruments dans sa boutique, lui demandaient moult conseils avant de partir sans le moindre achat, ni même revenir. Ils achètent maintenant leurs instruments sur Internet, moins chers bien sûr. Soyons clairs : les consommateurs sur Internet veulent le beurre et l’argent du beurre, mais ils ont de plus en plus tendance à négliger la crémière. Bientôt, la dame de l’autre jour ne trouvera plus de vitrines à photographier, l’amateur de guitares trouvera moins facilement de bons professionnels pour l’orienter.

Qui aurait cru, il y a dix ou quinze ans, qu’autant de consommateurs se transformeraient si vite en serial killers de commerçants indépendants, l’index rivé sur le clic gauche de leur souris devenue gâchette. Et ils tirent ! Ils tirent ! A Noël, c’est une pluie de missiles qui réduit en cendres ou endommage nombre d’entre nous, surtout les libraires, les plus fragiles. Dans les dix dernières années, plus de 15% ont fermé leurs portes. Et de nouvelles questions ont surgi dans l’esprit de celui qui a vendu par centaines le petit Indignez-vous ! de Stéphane Hessel : à quoi bon s’indigner aussi massivement contre les puissants, les grands groupes commerçants ou financiers si l’on s’en va cliquer en faveur de ces mêmes grands groupes ? Sommes-nous allés faire un tour dans les entrepôts du e-commerce, pour interroger les employés de ces chaînes aux cadences folles sur leurs salaires, leurs conditions de travail ?
[…]
C’est désormais au public des lecteurs, aux décideurs du monde du livre et de l’édition et aux pouvoirs publics de se prononcer sur l’avenir de la librairie indépendante en France. Nous, libraires, nous voulons croire à la noblesse de notre métier, à son rôle indispensable dans la diffusion de la création littéraire et de la pensée. Nous sommes convaincus que notre métier a un avenir.

Patrick Bouquet, libraire à Paris

Projet de hausse de la TVA sur le livre

Le paysage littéraire français est unique en Europe et même dans le monde grâce au statut privilégié dont bénéficie le livre depuis plus de 30 ans en France. La loi sur le prix unique du livre et le taux de TVA réduit de 5,5% permettent à une multitude d’éditeurs indépendants et de libraires indépendants d’exister.

Mais cet équilibre est fragile car les libraires indépendants ont la marge commerciale la plus faible tous secteurs commerciaux confondus. Cette profession va dès lors subir de plein fouet l’augmentation du taux de TVA à 7% car il va être très difficile d’augmenter les prix des livres en stock. Cela ne fera que réduire la marge des libraires qui disposent plus que de moins d’1% de marge une fois les charges déduites.

Tous les acteurs du livre ont besoin une fois de plus du soutien et de la protection de l’Etat, à l’image de la loi Lang.