La (première) rencontre de cette rentrée!

…. aura lieu le vendredi 11 septembre à 18h30!
Nous serons très heureux de vous retrouver autour de Laurent PETITMANGIN pour son premier roman Ce qu’il faut de nuit paru aux éditions La manufacture de livres.
Les premiers romans sont moins nombreux dans cette rentrée littéraire un peu particulière et celui-ci montre bien leur nécessité.
Un père, ses deux fils et leurs vies en bordure de la frontière luxembourgeoise. Des cœurs encrés dans notre sillon mosellan intraitable et la plume d’un auteur d’origine messine qui a fait exploser nos coeurs de libraires lors de la lecture du texte en juillet dernier.
Laurent PETITMANGIN sera à nos côtés le vendredi 11 septembre à 18h30 pour cet incroyable premier roman Ce qu’il faut de nuit qui vient d’obtenir le prix Stanislas au salon du Livre de Nancy.
Selon le climat du jour nous serons dans la cour attenante à la librairie ou à l’intérieur toutes portes et fenêtres ouvertes avec des sièges bien espacés. Le masque sera bien sûr obligatoire pour assister à la rencontre.

thumbnail (3)

Des lectures encore et la réouverture enfin!

Et hop, c’est au tour de Jean-Louis de vous proposer ses coups de cœur! La semaine prochaine la librairie sera ouverte lundi dès 14h et tous les jours de 10h à 19h en continu pour pouvoir vous revoir tous dans les meilleures conditions. ⚠️ De 10h à 11h l’accès sera réservé aux personnes âgées et/ou fragiles. Les horaires seront peut-être modifiés par la suite, nous tâtonnons nous aussi!!

Des lectures avant la réouverture!

Après deux mois de lecture tous nos livres sont lus ET désinfectés pour cause d’isolement!
À chacun sa sélection et à une semaine de la réouverture nous vous proposons celle d’Eloïse.
Retraits de commandes samedi 9 mai le matin pour ceux qui le souhaitent et sinon….
le lundi 11 MAI RÉOUVERTURE à 14h!⚠️ pour tous ceux qui porteront un masque.
Nous en fournirons à l’entrée aux étourdis ainsi que du gel pour les mains.
Nous avons hâte de vous retrouver tous en bonne santé pour pouvoir à nouveau exercer ce métier que nous aimons tant.

Un journal? Oui! « Alger, journal intense »

90701126_2680886875464810_2872461341447159808_n

Après une première semaine aux couleurs de sidération, d’organisation et de mobilisation pour une immobilisation à la maison, notre équipe est en forme. Nous espérons qu’il en est de même pour vous et vos proches.
Une telle période est propice aux journaux, aux écrits confinés.
Un conseil? Un journal? Oui! Et pas un journal classique! Alger, journal intense de Mustapha Benfodil paru aux éditions Macula l’an dernier. Protéiforme, ce texte est à l’image de son auteur, à la fois dramaturge, journaliste, poète et écrivain. Comment surmonter la perte de celui qu’on aime lorsque ne reste que son journal? En le partageant. Et en l’enrichissant d’écrits menant la narratrice au deuil et le lecteur à la réflexion. Dans des pages à l’esthétique recherchée se déploient alors à mesure de la lecture un saisissant portrait de l’Algérie contemporaine.

A bientôt! Nous sommes au chaud

Vos libraires de la Cour des grands et du Préau sont au chaud à la maison et vont le rester en lisant, en regardant des films, en écoutant des podcasts et de la musique, et en découvrant toute la patience dont les enseignants font preuve au quotidien! Profitez de cette période troublée pour lire (bien sûr!) mais également pour choyer (à distance) ceux que vous aimez. Écoutez, respirez, ralentissez et revenez nous dans quelques semaines riches de cette expérience. Aucune livraison, aucun envoi car, même si les livres sont une denrée essentielle, ils ne sont pas périssables et vos bibliothèques sont pleines de pages à lire et à relire. Il faut préserver la santé de chacun et éviter les déplacements. À bientôt!

Rencontre avec Michel Bernard

thumbnail

 

Rencontre avec Michel Bernard
le jeudi 12 mars à 18h30
pour Le Bon Sens
paru aux éditions de la Table ronde

Novembre 1449, dix-huit ans après la condamnation pour hérésie de Jeanne d’Arc, Charles VII chasse les Anglais de Rouen. La fin de la guerre de Cent Ans est proche : il faut achever la reconquête du territoire, panser les plaies des provinces dévastées et réconcilier les partis engagés dans la guerre civile. Promettant le pardon et l’oubli, le roi ordonne pourtant une enquête sur le procès de 1431. Malgré la résistance d’une partie de l’Église et de l’Université, quelques hommes opiniâtres, rusant avec la raison d’État, vont rechercher preuves et témoins pour rétablir la vérité, le droit et l’honneur de la jeune fille.

Après Le Bon Cœur, Michel Bernard relate l’histoire d’une poignée d’hommes en quête de justice. Bouleversés par la parole qu’ils découvrent dans les actes du procès, ils conduiront Charles VII à rendre à Jeanne un peu de ce qu’elle lui a donné. Chez cet homme insaisissable qui fut un grand roi, ils feront jouer au bon moment le bon ressort. Il a le visage d’Agnès Sorel, la beauté morte fixée par Jean Fouquet.
Michel Bernard est né à Bar-le-Duc en 1958. Il est haut fonctionnaire, en disponibilité depuis l’automne 2016. Il est l’auteur de Mes tours de France. Après La Tranchée de Calonne en 2007, couronné par le Prix Erckmann-Chatrian, il publie à La Table Ronde La Maison du docteur Laheurte (2008, Prix Maurice Genevoix), Le Corps de la France (2010, Prix Erwan Bergot de l’Armée de Terre), Pour Genevoix (2011), et Les Forêts de Ravel (2015, prix Livres et Musiques de Deauville). À la rentrée 2016, toujours à La Table Ronde, Deux remords de Claude Monet, qui a obtenu le prix Marguerite Puhl-Demange et le prix Libraires en Seine. En janvier 2018 a paru Le Bon Cœur, roman sur Jeanne d’Arc, qui a reçu le prix Roman France Télévisions, le prix Michel Dard ainsi que le prix littéraire de la Ville d’Arcachon.

Rencontre avec Samar Yazbek le mercredi 4 mars

87759817_2659422114277953_4752758011720630272_o

Rencontre avec Samar Yazbek
le mercredi 4 mars à 18h30
pour 19 femmes
paru aux éditions Stock

Cette rencontre est organisée en partenariat avec l’Association Comsyr dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes.

19 femmes est le fruit d’une série d’entretiens menés par Samar Yazbek avec des Syriennes dans leurs pays d’asile, ainsi qu’à l’intérieur du territoire syrien. À chacune elle a demandé de lui raconter ‘‘leur’’ révolution et ‘‘leur’’ guerre. Toutes ont décrit le terrible calvaire qu’elles ont vécu.
Samar Yazbeck est hantée par le devoir de constituer une mémoire des événements qui contrerait le récit qui s’emploie à justifier les crimes commis. Une mémoire qui apporterait la preuve de la justesse de cette cause.

Avec ce document unique sur le rôle des femmes dans la révolution, Samar Yazbek rend leur voix aux Syriennes, la voix de la résistance, la voix de l’espoir.

Née en 1970 à Jableh en Syrie, Samar Yazbek est écrivain et journaliste. Elle a publié en France Un parfum de cannelle (Buchet/Chastel, 2013), Feux croisés, journal de la révolution syrienne (Buchet/Chastel, 2012), Les Portes du néant (Stock, 2016), lauréat du Prix du Prix du Meilleur livre étranger, et La Marcheuse (Stock, 2018). Ses livres sont traduits et primés dans le monde entier. En 2012, elle a créé la fondation Women Now for Development qui vient en aide aux femmes sur le terrain, en Syrie et dans les camps de réfugiés.

 

Rencontre avec Didier Doumergue pour « Tokyo Script » le vendredi 14 février

83467748_2636952609858237_3891435211367383040_o

Rencontre avec Didier Doumergue
le vendredi 14 février à 18h30
pour Tokyo Script – Paradoxe sur le voyage au Japon à l’époque du tourisme de masse

paru dans les Cahiers du Portique n°17

Didier Doumergue est metteur en scène et enseignant. Il dirige depuis 1999 la compagnie Le Studiolo.
Il co-dirige aux éditions Lampsaque Art et usage du costume de scène (2007) et Le costume de théâtre, objet de recherche (2014).

« Avec quel équipement culturel aborde-t-on le Japon, lorsqu’on s’y rend ? comment nous affecte-t-il ? et nous modifie ? Voilà ce que j’ai voulu écrire d’un voyage effectué en famille, sur laquelle, par ce détour, mon regard ne sera plus le même.

Le récit de voyage Tokyo Script (Les Cahiers du Portique, n°17, 2019) s’adresse à tous ceux qui font cette première expérience hallucinée du Japon. Ils y reconnaîtront l’enchantement dont ils sont l’objet, la confrontation avec de l’inouï, du jamais vu, l’événement saisissant de l’altérité.

Ce petit texte m’a conduit à me lancer, avec ma complice Catherine Simon, dans la direction du numéro 43-44 de la revue Le Portique (2019) intitulé Japon voyages intérieurs. Il était alors logique de publier en même temps ce Tokyo Script dans la collection des Cahiers du Portique. »

La présentation sera accompagnée de lecture d’extraits par Pierre Ravenel

Avec le Studiolo